Peut-on bronzer avec des lampes de luminothérapie ?


2962 vues
Peut-on bronzer avec des lampes de luminothérapie ?

De nombreux dermatologues, psychothérapeutes et autres professionnels de santé prescrivent des séances de luminothérapie à domicile ou dans un cabinet médical aux patients qui souffrent de certaines pathologies en lien avec le dérèglement du rythme circadien ou avec des dysfonctionnements de la peau. Les affections cutanées telles que le psoriasis, le vitiligo, la sclérodermie ou encore l'acné résistant peuvent être soulagées par la luminothérapie à la lumière rouge.

La luminothérapie peut également être très efficace dans le traitement du Trouble Affectif Saisonnier (TAS) ainsi que les troubles du sommeil, notamment s'ils affichent une prévalence saisonnière. Enfin, la lumière peut être utilisée pour bronzer. S'agit-il des mêmes dispositifs de luminothérapie ? La réponse dans cet article de synthèse, après avoir vu comment fonctionne une lampe luminothérapie.

Différencier la luminothérapie cutanée et la luminothérapie « affective »

Il appartient aux professionnels de santé de sensibiliser les patients quant aux nombreuses différences entre la luminothérapie et la lumière appliquée au bronzage. La luminothérapie, ou thérapie par la lumière, peut exposer la peau une dose modérée de rayons UV sous contrôle médical par un professionnel de santé qualifié. Il existe de nombreux types de thérapie qui utilisent des rayons ultraviolets différents. Les traitements aux UVB, au psoralène + UVA (PUVA) et au laser sont tous des exemples de luminothérapie utilisée dans le traitement du psoriasis.

Les lampes de luminothérapie utilisées dans le traitement des troubles affectifs saisonniers, des troubles de l'humeur, des troubles du sommeil, de la fatigue chronique et de certaines formes de dépression émettent des rayons UV mais les filtrent à hauteur de 99 %, ou plus. Toutes les lampes de luminothérapie destinées au grand public sont certifiées « CE » et/ou « FDA », ce qui garantit une filtration d'au moins 99 % des rayons UV.

La luminothérapie aux ultraviolets « B » (UVB)

Le traitement aux UVB peut ralentir la croissance des cellules cutanées affectées en exposant la peau à des UVB artificiels pendant une certaine période et selon un calendrier déterminé à l'avance par un professionnel de santé qualifié. On compte deux types d'UVB : les UVB à large bande et les UVB à bande étroite. Les UVB à bande étroite libèrent une plus petite gamme de lumière ultraviolette que les UVB à large bande.

Les rayons UVB peuvent prendre un peu plus de temps pour traiter le psoriasis, avec traditionnellement une aggravation des symptômes avant de constater une amélioration. L'avantage de la luminothérapie aux UVB dans un cadre médical réside dans la possibilité de contrôler et de « doser » la quantité de lumière administrée pour s'adapter au mieux à chaque individu. On sait que les UVB sont plus efficaces que les UVA dans le traitement du psoriasis.

Le protocole « Psoralène + Ultraviolet A » (UVA)

Les UVA peuvent pénétrer plus profondément dans la peau que les UVB, et le psoralène rend la peau plus sensible et plus réceptive à la lumière. Les séances normales avec les UVA seuls durent environ 20 minutes, tandis que les UVA + le psoralène prennent environ 2 minutes. Cette méthode n'est généralement utilisée que lorsque le psoriasis est invalidant et que les autres traitements se sont révélés inefficaces.

Les lampes de luminothérapie grand public

Les personnes atteintes d'un Trouble Affectif Saisonnier commencent à ressentir des signes de dépression lorsque les jours raccourcissent et les nuits s'allongent, en automne et en hiver. Cette humeur maussade peut s'estomper à l'arrivée du printemps, mais de nombreux psychothérapeutes proposent un traitement non invasif à base de lampes de luminothérapie. Il s'agit de s'installer à proximité (entre 30 et 70 cm) d'une lampe de luminothérapie émettant une lumière à spectre large sur une intensité lumineuse de 10 000 lux, selon des séances quotidiennes de 20 à 30 minutes, idéalement au réveil.

L'éclairage intérieur normal est environ 100 fois moins intense que la lumière émise par une bonne lampe de luminothérapie. Ces dispositifs de font pas bronzer, car l'utilisateur est à bonne distance et les appareils filtrent les rayons UV pour ne pas causer de dommages à la peau et aux yeux.

Les cabines de bronzage en intérieur

La plupart des cabines de bronzage basées sur la lumière émettent des UVA et non des UVB. Attention : le bronzage est l'une des principales causes du cancer de la peau, et l'utilisation de la luminothérapie pour bronzer peut être dangereuse. Les procédures de bronzage en intérieur ne permettent pas de contrôler avec précision l'intensité lumineuse comme le ferait une lampe de luminothérapie ou un dispositif de traitement cutané basé sur la lumière et contrôlé par un professionnel de santé.

Le bronzage en extérieur

Les UVA et les UVB sont tous deux présents dans la lumière naturelle du soleil, ce qui en fait une meilleure option que le bronzage en intérieur… mais le danger est toujours là. Il peut être difficile pour les individus de limiter leur temps d'exposition au soleil et de protéger correctement leur peau, mais les excès peuvent et doivent être évités. Des expositions courtes et régulières au soleil sont recommandées, en commençant par 5 à 10 minutes de soleil par jour.

Si cette exposition est préconisée dans le cadre du traitement d'un trouble cutané sous les recommandations d'un dermatologue, les patients doivent porter un écran solaire sur les zones non touchées par la pathologie. Si la peau peut le supporter, le dermatologue pourra éventuellement recommander un léger allongement de la durée d'exposition au soleil.

Il devra vérifier si son patient ne présente pas des signes de lésions cutanées conséquentes à cette exposition. Le patient doit également informer son dermatologue d'une éventuelle prise de médicaments photosensibilisants ou topiques, car ces derniers augmentent le risque de coup de soleil.

Lampe Definition Fonctionnement Luminothérapie bronzage