Comment choisir la bonne lampe de luminothérapie ?


2944 vues
Comment choisir la bonne lampe de luminothérapie ?

Dépression saisonnière, troubles du sommeil (insomnie et/ou hypersomnie), baisse d'énergie, fatigue chronique, léthargie, asthénie, baisse de la libido, comportements alimentaires compulsifs (anorexie ou boulimie), réveil compliqué… les symptômes de la carence d'exposition à la lumière du jour sont débilitants, impactant votre qualité de vie, votre état de santé et votre vie professionnelle.

Par définition, l'automne et l'hiver voient une exacerbation de ces symptômes à cause de la baisse du taux d'ensoleillement. Rassurez-vous : une solution non invasive et accessible à tous existe. Il s'agit de la luminothérapie, qui vise à combler la carence d'exposition à la lumière du jour par une lumière artificielle qui reprend ses caractéristiques. Voici comment bien choisir votre lampe de luminothérapie.

Quels sont les principaux critères de choix de la lampe de luminothérapie ?

Il faut dans un premier temps bien comprendre l'utilité de la lampe de luminothérapie. Cet allié santé et bien-être est destiné aux personnes qui souffrent d'une carence d'exposition à la lumière du jour pour l'une des raisons suivantes :

  • Ces personnes habitent dans des régions peu ensoleillées, notamment en automne et en hiver ;
  • Elles exercent un travail de nuit, et doivent donc dormir le jour ;
  • Elles doivent se réveiller avant le lever du soleil ;
  • Elles rentrent du travail après le coucher du soleil ;
  • Elles travaillent dans des environnements peu éclairés par la lumière du jour, comme les mines, les sous-sols, les entrepôts, etc.

La lame de luminothérapie vise donc à leur fournir une source de lumière qui simule les principales caractéristiques de la lumière du jour. Pour que vos séances soient optimales et que les résultats soient probants à court terme, vous allez devoir choisir une lampe de luminothérapie qui affiche les caractéristiques techniques suivantes :

  • Une intensité lumineuse de 10 000 lux à distance raisonnable. Evitez les lampes de luminothérapie qui nécessitent que l'utilisateur soit très proche de la source lumineuse pour fonctionner. Pour éviter les effets secondaires comme le mal de tête et la fatigue oculaire, optez pour une lampe de luminothérapie qui délivre une intensité lumineuse de 10 000 lux à au moins 25 cm ;
  • Une température des couleurs comprise entre 5 500 et 6 500° K (ou entre D 55 et D 65), sachant que la lumière du soleil, au zénith, affiche une température des couleurs de 5 900° K ;
  • Un Indice de Rendu des Couleurs (IRC) supérieur à 85, sachant que la lumière du soleil, au zénith, affiche un IRC de 100.

Bien entendu, d'autres critères peuvent entrer en jeu, en fonction de vos besoins et de préférence. Il s'agit notamment de la portabilité de l'appareil, critère important si vous comptez déplacer votre lampe de luminothérapie à votre lieu de travail pour bénéficier ce votre séance si vous n'avez pas eu le temps de le faire chez vous. Certaines lampes de luminothérapie proposent un réglage de l'intensité lumineuse, de 2 500 à 10 000 lux, un critère utile pour les débutants qui souhaitent commencer par des intensités plus faibles.

Notez toutefois que vous pouvez jouer sur la distance entre la source de lumière et vos yeux pour ajuster l'intensité lumineuse. Vous pouvez également baser votre choix sur des critères comme la fonction de minuterie, le choix de la couleur de la lumière émise, les dimensions de la partie éclairante, le design de l'appareil, etc. Nous avons compilé tous les critères dans notre guide d'achat de la lampe de luminothérapie.

Lumière blanche ou lumière bleue ?

La lumière du soleil a beau paraître blanche, translucide ou jaunâtre, elle est en réalité composée de tout le spectre des couleurs. C'est ce que l'on appelle le « spectre complet ». D'ailleurs, méfiez-vous de cette appellation utilisée à tort et à travers par les fabricants. La lampe de luminothérapie, aussi huppée soit-elle, ne peut proposer un spectre complet. C'est pour cela que nous préférons parler de « large spectre », expression plus correcte et surtout plus conforme à la réalité.

Nous n'allons pas rentrer dans les détails scientifiques (que vous pouvez retrouver dans notre article dédié, « Lumière blanche ou lumière bleue ? », mais il faut savoir que les études les plus récentes démontrent que la lumière bleue a un potentiel intéressant dans le traitement des différents troubles du rythme circadien et de l'horloge biologique, comme le Trouble Affectif Saisonnier (TAS) et autres épisodes dépressifs comparables, les troubles du sommeil comme l'insomnie et l'hypersomnie, la fatigue chronique, certains comportements alimentaires compulsifs ainsi que certaines formes de troubles bipolaires.

L'intérêt de la lumière bleue réside dans sa belle efficacité à très faible dose, ce qui permet aux fabricants de produire des lampes de luminothérapie à plus faible coût de revient, avec donc un prix de vente plus compétitif pour l'utilisateur. Ce dernier pourra également bénéficier de séances de luminothérapie plus courtes et moins contraignantes. Seulement voilà : les découvertes de la belle efficacité de la lumière bleue sont très récentes, et nous ne disposons pas encore du recul nécessaire pour trancher sur la fiabilité et la sécurité des lampes de luminothérapie à lumière bleue.

Que pensent les utilisateurs des lampes de luminothérapie ?

Comment choisir un produit aussi sophistiqué qu'une lampe de luminothérapie sans se fier aux avis des professionnels de santé et des utilisateurs ? Nous pensons que les retours d'expérience constituent un critère crucial qui fait pencher la balance d'un côté comme de l'autre. C'est pourquoi nous avons compilé pour vous les avis des utilisateurs des lampes de luminothérapie ainsi que ceux des scientifiques qui ont pris part à des études cliniques.

Lampe Comment choisir